Les causes

Les causes exactes de l’hyperémèse gravidiques ne sont à ce jour pas encore connue.
Il s’agirait d’une réaction à un taux d’hormones bêta-hCG supérieur à la normale. Il existe même de rares cas familiaux (femmes touchées de mères en filles) pour lesquels il a été montré une anomalie des récepteurs à la bêta-hCG.

Des études ont par ailleurs montré des prédispositions à l’apparition des vomissements incoercibles : l’ethnie (les Noires Américaines sont plus touchées que les Caucasiennes), un poids peu élevé avant la grossesse, le fait d’être nullipare ou d’avoir des antécédents d’hyperémèse gravidique lors d’une première grossesse.
Le sexe du bébé joue un rôle lorsqu’il y a une susceptibilité individuelle. Ainsi, il y a plus de cas d’hypermesis gravidarum lors des grossesses avec un fœtus féminin. En effet une production d’hormones est plus importante lorsque le fœtus est une fille.

Quoiqu’il en soit une chose reste sûre, cette maladie n’est pas psychologique !

L’origine est le plus souvent multifactorielle, avec :

  • Rôle génétique : les femmes nées de mère ayant eu des vomissements sévères sont plus à risque de vomissements gravidiques
  • Rôle de l’hCG qui a une activité TSH-like, donc souvent proportionnelle au taux d’hCG
  • Pouvant entrainer une hyperthyroïdie passagère associée aux vomissements gravidiques (60%)
  • Rôle probable de l’augmentation des concentrations en progestérone, ACTH et leptine
  • Facteurs psycho-sociaux : stress, troubles du comportement alimentaire, isolement lié à la maladie..
  • Relâchement du SIO (Sphincter Inférieur de l’oesophage) dû à la progestérone…